sylvie bert

Sylvie BERT, Toulouse, 49 ans, assistante de direction dans un organisme de recrutement des professeurs.

Je tiens à préciser tout de suite que ce n’est pas le fait que ce soit l’UMP qui souhaite s’approprier le nom « les républicains » qui m’a fait réagir, mais le fait qu’un parti, quel qu’il soit !, veulent en faire « sa chose ».
Certains m’ont objecté que François Mitterrand avait tenté une chose similaire.
Je leur ai répondu que sur le passé je ne peux rien. Sur le présent oui !

Je suis une citoyenne engagée, participative à la vie publique et sociale, responsable de l’antenne Toulousaine ACTIONFROID qui vient en aide aux sans-abris, et je n’imagine pas que le terme « les républicains », seul, puisse être associé à un parti politique quel qu’il soit.

J’ai en moi les valeurs républicaines qui sont la liberté, l’égalité, la fraternité que je tache de conjuguer dans ma vie au mieux et dans mes engagements.

Je ne me retrouve en rien dans les propositions et dans le programme de Nicolas Sarkozy et il est inconcevable que lorsque je pourrais affirmer « je suis républicaine » ce soit associé par la captation du nom qu’il en ferait à son parti.

De même, si le parti socialiste voulait s’attitrer ce nom, il serait inconcevable pour de mes amis qui sont républicains, que lorsqu’ils affirmeraient « je suis républicain » ce soit associé par la captation au parti socialiste.

C’est la même chose pour tous les partis existants et d’autres de l’extrême encore plus !

Déclinons ce qui fonde la République et qui permet à chacune/chacun de se vivre républicain.

La « Liberté, l’égalité, la fraternité » :

– La liberté est la valeur fondamentale qui fait passer l’homme de la position de sujet au statut de citoyen. Elle a été reconnue comme un droit de l’homme par la Déclaration du 26 août 1789.

– L’égalité est également reconnue par la République et étendue aux femmes (droit de vote) seulement à partir de 1944 ; il s’agit là de l’égalité de tous devant la loi (même s’il reste bien du travail à faire)

– La fraternité, enfin, est apparue dans la devise républicaine en 1848 mais il a fallu attendre 1946 pour voir affirmée, dans le préambule de la Constitution de la République, l’existence de droits économiques et sociaux : aide à ceux qui ne peuvent vivre décemment, droit au travail et à l’action syndicale, droit de grève… (et là aussi il y’a bien du travail à faire !)

Qu’un parti s’arroge le nom « les républicains » sous-entendrait que ceux/celles qui n’en sont pas membres ne seraient pas républicains.

Tôt ou tard (et plutôt tôt que tard) certains joueraient avec cette notion.

C’est inconcevable et inacceptable !

Qu’ils se nomment « Républicains de droite » puisqu’il s’agit là de l’UMP qui souhaite ce changement de nom.

« Les républicains », seul : NON !