monet

Sylvie Jacquot-Barrault, Maître de conférences de Droit public

Parce que la République appartient à tous ses citoyens, pas à certains d’entre eux à l’exclusion des autres,

Parce que la République, enfant de la Révolution, nous a faits sujets de droit (titulaires de droits) et non sujets du roi,

Parce qu’elle est notre bien commun et qu’aucun parti ne peut en accaparer le nom,

Parce que notre République n’est pas privatisable et ne peut être une marque appropriable,

Parce qu’il n’appartient pas à l’Institut National de la propriété industrielle de dire qui peut revendiquer l’appellation « républicain » ou non,

Parce que je ne veux pas avoir à expliquer à mes étudiants, quand je leur parle des grands principes républicains que, non, ce ne sont pas les principes de Nicolas Sarkozy ou de ses successeurs mais que ce sont les bases de la vie collective sous notre République,

Parce que ma mère, enfant, et sa famille, fuyant dictature et persécutions ont choisi la République dont je suis à présent fière d’être citoyenne,

Parce que c’est pour défendre la République que mes parents, comme beaucoup d’autres, ont rejeté, combattu et vaincu l’ « État français » de Pétain,

Parce que de ces principes fondamentaux de notre République que sont la liberté, l’égalité, la fraternité, la solidarité, la laïcité, la tolérance, notre société a un ardent besoin,

Parce que la République, Res Publica, notre bien commun, doit plus que jamais être la chose de tous et que tous nos efforts doivent tendre vers ce but pour construire un avenir commun harmonieux,

Parce que là est l’espoir que nous devons offrir, aujourd’hui plus que jamais, à notre jeunesse, à toute notre jeunesse,

Je demande à la justice de la République de refuser clairement, immédiatement, irrévocablement toute tentative d’appropriation par quiconque du terme « République » ou «  Les Républicains ». Chacun peut se réclamer de la République ; nul ne peut la réclamer pour lui seul.